I’m not a self-taught artist but an artist taught à la Courbet – Je ne suis pas un artiste autodidacte, mais un artiste formé à la Courbet

DSC_0224bis » I can not teach my art, or the art of any school , since I deny the teaching of art, or that I claim , in other words, that art is individual and is for each artist , the talent resulting from his own inspiration and his own studies of tradition ….
I can just … explain the method by which , in my opinion , one becomes a painter … leaving everyone the whole control of his individuality, full freedom of his own expression in the application of this method « 
Extract from the speech of  Gustave Courbet to the painters he welcomed in the art workshop he hosted .


I was lucky when I started to paint, a little more than 20 years ago, to receive the instruction from such a master, a she master, I should say . Then foor a few months I was under the guidance of a master of the same quality and, for another few months , under the guidance of an enlightened she master.
Then I came across a she donkey who boasted to teach and I flew workshops .
Museums, exhibitions, books, documentaries, I continued my own art studies following my road. Winding indeed  but fruitful for me.
I seized the opportunity to interact with other designers but warily. I often  crossed perfidy.
Perfidy  on top of grief led me into the long tunnel from which I have just come out .

I wanted to paint my first « master » but for now, I have only painted her doll.  Perfidy occupies a prominent place in the raven that I’m painting, the green raven.

IMAG0677« Je ne puis pas enseigner mon art, ni l’art d’une école  quelconque, puisque je nie l’enseignement de l’art, ou que je prétends, en d’autres termes, que l’art est tout individuel,  et n’est pour chaque artiste, que le talent résultant de sa propre inspiration et de ses propres études sur la tradition….
Je ne puis qu’expliquer … la méthode par laquelle, selon moi, on devient peintre… laissant à chacun l’entière direction de son individualité, la pleine liberté de son expression propre dans l’application de cette méthode « 
Extrait du discours de Gustave Courbet aux peintres qu’il accueillait dans l’atelier d’art qu’il animait.

J’ai eu la chance lorsque j’ai commencé à peindre, il y a un peu plus de 20 ans, de recevoir l’enseignement d’un tel maître, enfin une maître, devrais-je dire.  Ensuite, j’ai fréquenté quelques mois l’atelier animé par un maître de la même qualité et, quelques mois encore, une maître éclairée.
Puis, je suis tombée sur une ânesse qui prétendait enseigner et j’ai fui les ateliers.
Musées, expositions, livres, documentaires, j’ai poursuivi mes propres études d’art selon un chemin sinueux certes, mais fécond pour moi.
Je saisis les occasions d’échanger avec d’autres créateurs mais  avec méfiance. J’ai trop souvent croisé la perfidie.
C’est la perfidie couplée au chagrin qui  m’a fait entrer dans le long tunnel dont je viens à peine de sortir.

J’ai voulu peindre ma première « maître » mais pour le moment, je n’ai peint que sa poupée.
La perfidie occupe une place importante dans le corbeau que je suis en train de peindre, le corbeau vert.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *