Archives par étiquette : tableau

Spooky, painting, grey haiku – Sinistre, peinture et haïku sur le gris

All things melt in grey
Sky, clouds, lake waters and spring
My feelings follow

Yesterday, my mood was grey. So I decided to finish this painting inspired by the « énervés de Jumièges »,  the superb shore of Geneva’s lake and Mary Shelley who lived there for a while and wrote  Frankenstein.

Tout fond dans le gris
Ciel, nuages, eaux du lac, printemps
Mon humeur aussi

Hier, mon humeur était grise. Alors, j’ai décidé de finir cette toile inspirée des énervés de Jumièges, de la superbe rive du lac Léman et de Mary Shelley qui vécut là quelque temps et y écrivit Frankenstein.

Et l’histoire du taureau continue, cette fois-ci, le taureau endormi, illustration friday, sleepy

Taureau endormi, technique mixte sur cartonA ce rythme là, c’est pas demain qu’ils vont participer à une corrida mes taureaux !

J’ai en tête un projet de raging bull, je me demande bien ce qu’il va donner…

I am painting a bull’s serie. Unfortunately, they are not very bully ! This one is the sleepy one 😉

Il y a l’homme qui a twitté la mort de Ben Laden sans le savoir et, moi, la femme qui a peint le 11 septembre sans s’en rendre compte

L’homme qui a twitté la mort de Ben Laden sans le savoir c’est lui

La femme qui a peint le 11 septembre sans s’en rendre compte, ben c’est moi.

Un beau matin, j’ai décidé de peindre un tableau : des anges qui tombent. Rien à faire, quelque chose dans ce tableau ne va pas. Des touches trop brutales. Je me décourage. Marie qui voit ma toile me dit : je n’aime pas du tout.

Je me décourage, je range la toile face au mur.

De temps en temps, je la regarde et me dis « que faire pour la récupérer ? ».

Et puis, un jour, je la regarde et je réalise ce que j’ai peint. C’est fini, je ne pourrais plus jamais toucher à cette toile, c’est trop violent. Elle restera ainsi !

Gaza, Ah Dieu que la guerre est jolie

Un tableau commencé l’année dernière et terminé seulement maintenant. Peut-être parce que cette histoire ne finira jamais et le vers d’Apollinaire parce qu’il m’est venu à l »esprit quand j’ai vu de si belles images de gaza, toile de Marie Hélène Viscontil’abominable.

L’Adieu du Cavalier

Ah Dieu ! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l’ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs

Adieu ! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu’elle
Riait au destin surprenant

Haïku : un printemps trouvé dans la rue

Trouvé dans la rue
Un printemps vieillot, pâli
Fleuri et joli

Found on the pavement
A faded, old fashioned spring
Blooming and pretty

J’ai vu beaucoup de peintures aborigènes les jours passés. Des vieux morceaux de papier peint récoltés dans la rue, un rayon de soleil, quelques touches d’acrylique pour dire mon plaisir de voir les beaux jours revenir et voici un rêve de printemps encadré de carton ondulé et collé sur un morceau de carton brun.

J’aurais aussi pu l’intituler : quelque chose en moi d’Odilon Redon S’ouvrir aux joies de la couleur à la cinquantaine et peut-être même s’ouvrir à la joie.

Fadma’s flag. Acrylique aquarellée et technique mixte sur carton.

Une peinture faite pendant le séjour revigorant, en tout cas pour nous, de notre souriante amie Fadma.

Cette idée me trottait dans la tête depuis plusieurs jours,  née du trouble provoqué en moi par un petit papillon Lilas croisé au détour d’un chemin et de mon envie de parodier un tableau de Damien Hirst.