Archives par étiquette : technique mixte

Peinture d’urgence, Ai Weiwei, Emergency painting, haiku

Ai Weiwei, peinture, acrylique et collages sur carton

Je voulais peindre un petit hommage à Ai Weiwei sur un mode futile en m’inspirant d’une de ses oeuvres. Et j’ai fini par peindre son portrait avec frénésie.

Le matin suivant, réveillée un peu trop tôt, je n’ai pu retrouver le sommeil à cause d’un oiseau qui chantait avec trop d’enthousiasme et un haïku m’est venu à l’esprit qui convient bien à la situation d’Ai Weiwei

C’est encore la nuit
Tais toi donc, grande gueule d’oiseau
Il faut dormir

I wanted to paint a tribute to Ai Weiwei, something very light, a bit futile. And I ended painting his portrait with frenzy.

The following morning, I woke up early and could not get back to sleep because of an overenthusiastic bird and wrote this haiku which suits Weiwei’situation

Night is not finished
Hush, hush, hush big brawling bird
Sleep is required

Ai Weiwei, gros plan

Et l’histoire du taureau continue, cette fois-ci, le taureau endormi, illustration friday, sleepy

Taureau endormi, technique mixte sur cartonA ce rythme là, c’est pas demain qu’ils vont participer à une corrida mes taureaux !

J’ai en tête un projet de raging bull, je me demande bien ce qu’il va donner…

I am painting a bull’s serie. Unfortunately, they are not very bully ! This one is the sleepy one 😉

Gaza, Ah Dieu que la guerre est jolie

Un tableau commencé l’année dernière et terminé seulement maintenant. Peut-être parce que cette histoire ne finira jamais et le vers d’Apollinaire parce qu’il m’est venu à l »esprit quand j’ai vu de si belles images de gaza, toile de Marie Hélène Viscontil’abominable.

L’Adieu du Cavalier

Ah Dieu ! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l’ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs

Adieu ! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu’elle
Riait au destin surprenant

Fadma’s flag. Acrylique aquarellée et technique mixte sur carton.

Une peinture faite pendant le séjour revigorant, en tout cas pour nous, de notre souriante amie Fadma.

Cette idée me trottait dans la tête depuis plusieurs jours,  née du trouble provoqué en moi par un petit papillon Lilas croisé au détour d’un chemin et de mon envie de parodier un tableau de Damien Hirst.